ARNAQUE TÉLÉPHONIQUE AU MALI : les opérateurs de téléphonie mobile complices ?

by / 0 Comments / 1 View / samedi 27 juillet 2019

Autrefois, bien avant l’arrivée du téléphone portable au Mali, il existait le phénomène de «Philomen, escrocs», qui n’hésitaient pas d’arnaquer les gens jusque dans leurs familles ou dans leurs services en se présentant comme des prévoyants. Mais aujourd’hui, avec la prolifération des téléphones portables et des opérateurs de téléphonie mobile, l’escroquerie a pris une nouvelle tournure. Le comble de l’ironie est que les opérateurs de téléphones mobiles ne font rien pour mettre hors d’état de nuire ses bandits. La nouvelle méthode appelée hameçonnage ou « fishing », en anglais, comment fonctionne-t-il ?

Lisez le cas de M. DIARRA qui a bien voulu se confier au journal ‘’Le Confident’’

Selon M.DIARRA, il a reçu un appel inconnu provenant d’un numéro Malitel, le mercredi 17 juillet 2019. Quand il a décroché le téléphone, la personne l’a appelé par son nom et prénom, comme s’il le connaissait bien. Aussitôt, il s’est présenté comme étant Dr. TRAORÉ. Alors, M. DIARRA ayant travaillé pendant un bon moment dans une entreprise pharmaceutique de la place, croyait qu’il s’agissait certainement d’un des médecins qu’il avait rencontré là-bas. Du coup, la confiance s’installa dans son cœur et il n’a pas voulu trop insisté sur l’identité de l’appelant.

Après les salutations, le fameux Dr Traoré dira ceci : ‘’Tu sais mon ami, depuis la dernière fois qu’on s’est quitté, la MINUSMA m’a recruté et je suis à Kidal actuellement. Mon cher Diarra, est-ce que tu sais que les blancs là  connaissent plus l’utilité de nos produits bruts que nous même. Les Français de la MINUSMA, pour se protéger contre le soleil et les insectes de Kidal, achètent les graines de coton, qu’ils envoie en France, pour le transformer en pommade, pour revenir les vendre avec beaucoup de profit ici à Kidal aux blancs de la MINUSMA’’, a-t-il fait croire à M. Diarra qui l’écoutait avec stupéfaction. Et d’enchainer en disant que c’était avec un Libanais du nom de Mohamed qu’ils achetaient les graines de coton et que malheureusement, ce dernier est rentré malade au Liban. Laissant derrière lui, un business juteux. Immédiatement, il dira à M. DIARRA qu’il a une fois été avec ledit Libanais, là où il achetait les graines de coton à Sébékôrô (cercle de Kita), chez un certain vieux DOUCOURÉ qui serait d’ailleurs très gentil.

‘’Si tu es d’accord M. Diarra, je vais te donner le numéro du vieux DOUCOURÉ et tu l’appelles pour lui dire que tu as besoin de 500 kilos de graines de coton graine. Pour ce qui concerne le Libanais, il achetait le kilo à 35 000F CFA pour le revendre à la MINUSMA à 60 000F CFA. Ainsi, il gagnait 25 000F CFA sur chaque Kilo’’, a-t-il dit à M. Diarra tout en l’envoyant le numéro du fameux vieux Doucouré. Quand M. DIARRA a appelé, ce dernier dira qu’il a 2 tonnes et qu’il n’y a aucun problème pour les 500 kilos demandés.

Après avoir échangé avec Doucouré, M. DIARRA a rappelé le Dr TRAORÉ pour lui dire que le marché est conclu. Tout joyeux, Dr Traoré lui dit qu’il va faire le point au Colonel français de la MINUSMA qui d’ailleurs lui fait beaucoup confiance et qu’il va rappeler M. DIARRA tout de suite. Un petit instant après, il reçoit l’appel du vrai faux colonel. Cependant, M. Diarra se rendra vite compte qu’il s’agissait du même M. Doucouré avec lequel il venait de passer la commande en Bambara qui parlait avec lui en Français et qui se faisait passer pour un Colonel de la MINUSMA. Et du coup, il a compris qu’il était en train d’être arnaqué.

Ayant compris le jeu, M. Diarra va tout de même continuer à faire semblant. Le soi-disant Colonel Français lui exprime le besoin comme l’avait dit Dr TRAORÉ. Et M. DIARRA va le faire savoir qu’il est en mesure de lui fournir les 500 kilos à raison de 60 000 F CFA. Il va aussitôt informer le Dr Traoré que le Colonel est d’accord avec le principe. Ce dernier, très content va lui dire qu’il s’agit là d’une très bonne affaire pour tous les deux. Il dira aussi à M. Diarra de ne rien dire à personne.

Sur instruction de M. Traoré, M. DIARRA a rappelé M. DOUCOURÉ pour confirmer le lieu de rencontre, ce dernier va lui dire, qu’il n’y a pas d’avance à payer, mais que d’envoyer au préalable la somme de 700 000F CFA, pour les sachets et la main d’œuvre de ses travailleurs qui vont empaqueter les graines de coton dans les sachets d’un kilo. M. DIARRA ne possédant pas cette somme, rappela Dr TRAORÉ pour le mettre au courant de la situation. ‘’Mais mon frère DIARRA, il n’y a aucun problème en cela, il faut lui donner cette somme toi-même ou bien il faut aller faire un prêt, aussitôt après le marché, on aura plus de 12 millions et tu iras payer les 700 000F CFA’’, a-t-il fait croire à M. Diarra.

  1. DIARRA, va ainsi proposé à Dr TRAORÉ de payer lui-même ledit montant, car il n’en pouvait pas. Dr TRAORÉ lui dira, qu’il va voir le comptable, pour faire un prêt. Entre temps M. DOUCOURÉ appelle DIARRA et lui demander qu’il peut trouver combien et qu’il va lui-même ajouter 100 000 F CFA sur ce montant, pour payer la main-d’œuvre et les sachets. M. DIARRA va le dire qu’il n’a absolument rien. Pendant tous ces temps, M. DIARRA essayait de voir sur l’un des trois numéros était sur WhatsApp, afin de voir au moins une photo. Mais aucune des trois numéros n’était sur WhatsApp. Et quand il a demandé à Dr Traoré de lui donner son numéro qui est sur WhatsApp, ce dernier lui dira que la MINUSMA a interdit à tous ses agents les réseaux sociaux. Que c’est la raison pour laquelle il n’est sur aucun réseau.

Ainsi M. DIARRA a, par fini, a eu le courage de demander : « mais Traoré, peux-tu me rappeler encore ou est ce qu’on s’est connu ? Une question qui a totalement choqué et bloqué Dr Traoré, qui va répondre froidement. Mais Diarra, ce n’est pas après avoir conclu l’affaire que tu me demandes ça. Et directement, il dit: si c’est comme ça, on laisse tomber alors, sinon j’ai tant de cousins que j’ai laissés pour t’associer à ce marché. »

 

Et c’est ainsi que M. DIARRA passe de justesse à côté d’un arnaque concoctée certainement par deux bandits avec un numéro orange : 71095910 et trois numéros Malitel : 62000701, le 66085253 et le 64037575.

Face à ces cas d’escroqueries, les personnes victimes font recours à la police ou à la gendarmerie.

Ayant approché un commissaire de la police nationale pour lui faire part de la situation, ce dernier dira amèrement que les citoyens lambda ne sont pas les seules victimes de ce type d’arnaque et que ça arrive même à des hauts cadres du pays. Il a cité bon nombres de cas, tout en pointant du doigt la complicité des opérateurs de téléphonie mobile au Mali. Selon lui, la plupart du temps, la population accuse la police en disant qu’elle ne joue pas pleinement son rôle. ‘’Mais qui dit enquête téléphonique parle de collaboration avec les détenteurs de la communication. Or, ces derniers sont plus que lents dans le traitement des dossiers’’, s’indigne-t-il. À l’en croire, plusieurs fois la police amène les numéros suspects chez les opérateurs de téléphonie mobile pour retracer les pas des arnaqueurs en vain. Il témoigne que Malitel, Orange et Telecel, n’ont besoin que de leurs gains et qu’ils s’en fichent de la sécurité des personnes. ‘’Si tel était le cas, ils auraient interdire la vente de puces non identifiés ou tout simplement en acceptant de coopérer avec la police dans ses action d’enquête’’, a-t-il conclu.

Dognoume DIARRA: Le Confident

Your Commment

Email (will not be published)